Une vue aérienne ? Pas si simple…



Dans un passé pas si lointain, réaliser des vues aériennes d’un sujet ou d’un site nécessitait une infrastructure et un budget colossaux. De la location d’un hélicoptère (avec son pilote) à l’appel aux services d’un vidéaste, en passant par le coût du matériel optique stabilisé, ce type de projets était réservé aux entreprises prêtes à mettre énormément de moyens dans la réalisation de leur vidéo.

Avec l’apparition des drones et la miniaturisation des caméras stabilisées HD, on pourrait croire que ce type de vues est devenu aussi aisé et démocratique qu’une simple vidéo tournée au smartphone… Pourtant, si pour quelques centaines d’euros on peut faire l’acquisition d’un drone capable de capturer de magnifiques images, le faire voler et filmer légalement en Belgique est très loin d’être une partie de plaisir.

Petits drones mais grandes contraintes

Beaucoup d’utilisateurs de drones l’ignorent mais pour un usage autre que le vol en dessous de 10m d’altitude sur un terrain privé ou un usage commercial, il est obligatoire d’avoir une attestation ou une licence de pilotage et de se conformer aux règles de la DGTA (Direction Générale du Transport Aérien). Avec l’application « droneguide » développée par SKEYES (Belgocontrol), il est possible de consulter la carte des sites ou le vol de drones est permis en Belgique et les horaires autorisés. Rappelons que l’altitude maximale d’un drone est fixée à 90m et quel que soit le lieu, le vol de nuit est prohibé.

Pour des raisons de sécurité, tout vol à moins de 50m d’une habitation ou d’un groupe de personnes est interdit en Belgique et ne peut donc être effectué que par un pilote titulaire d’une licence de classe 1 et détenteur d’une dérogation accordée par la DGTA (vous trouverez les classifications des licences de pilotage en cliquant ici). Pour obtenir cette dérogation, le pilote doit déposer un dossier comprenant son plan de vol et éventuellement les autorisations des propriétaires des sites survolés (le pilote de drone doit respecter les lois sur la vie privée). L’obtention de la dérogation n’est évidemment pas automatique, la DGTA peut demander plus d’informations ou même refuser le vol purement et simplement. Ce processus administratif coûte de l’argent (environ 250 euros pour la dérogation, plus les frais facturés par le pilote qui effectue les démarches) et dure minimum dix jours. Par conséquent, il peut rendre l’organisation d’un tournage compliquée.

La météo

Il faut ajouter à ces exigences légales la difficulté de se conformer aux contraintes météorologiques en Belgique. Tout dépend bien entendu du modèle mais la plupart des drones ne sont pas conçus pour voler sous la pluie ou par vent fort. Par exemple, le DJI Mavic 2 Pro, l’un des modèles les plus populaires qui embarque une caméra stabilisée, ne peut supporter un vent dont la vitesse dépasse 38 km/h.

Dans notre beau plat pays, le risque que la pluie ou le vent ne viennent compromettre un tournage n’est jamais tout à fait exclu ! Un bon tournage aérien est donc toujours le fruit d’une bonne préparation, d’une organisation administrative millimétrée et d’un peu de chance avec le temps.

Le pilote

En découvrant sur YouTube des milliers de vidéos réalisées au drone qui présentent des points de vue à couper le souffle, on est tenté de penser qu’il n’y a rien de plus simple et  de plus abordable à produire… La plupart de ces vidéos ont en fait été réalisées illégalement (en tout cas du point de vue de la loi belge). Il est quasiment impossible de réaliser des plans aériens pour un usage commercial légalement en Belgique sans faire appel à un pilote détenteur d’une licence de classe 1.

Il faut savoir que passer sa licence coûte cher et que par conséquent, les services d’un pilote ne sont pas gratuits. En moyenne, il faut compter 400 euros pour deux heures de vol.

Pour conclure, malgré la démocratisation des technologies permettant de prendre de superbes images en vol, réaliser des prises de vues aériennes pour un usage commercial reste une entreprise onéreuse qui nécessite de lourdes démarches.

Chez Alpesc Productions, nous avons l’habitude de travailler avec un pilote professionnel de classe 1 pour répondre à toutes les exigences de nos clients. Néanmoins, il nous paraît très important de vous informer du coût et de la nature du processus qu’entrainent ce genre de demandes afin de travailler en toute transparence et de nous assurer que vos attentes soient en accord avec votre budget.

A propos

Alpesc Productions est une agence de production audiovisuelle qui vous accompagne dans le développement de votre communication vidéo. Du film d’entreprise à la vidéo médicale en passant par la publicité, nous gérons votre projet de la conception à la diffusion. Nous réalisons les vidéos avec une équipe de professionnels dans des budgets maîtrisés.

Réseaux Sociaux



Coordonnées

7 rue de l’Ornoy
1435 Mont-Saint-Guibert ( à 5 min de Louvain-La-Neuve)
Belgique

mathieu@alpescproductions.com
+32 494 37 26 62

Contact : mathieu@alpescproductions.com I +32 494 37 26 62
Siège Social : 7 rue de l’Ornoy 1435 Mont-Saint-Guibert Belgique
Alpesc Productions est une société en commandite simple BCE0669.937.824
© Alpesc Productions 2019